Une atteinte à la vie privée n’est plus forcément une « preuve illicite » devant les prud’hommes

Dans deux arrêts récents, la Cour de cassation a ouvert une large brèche dans sa jurisprudence en affirmant qu’un licenciement pouvait être valable même si l’employeur avait obtenu des preuves en violation manifeste de la vie privée du salarié.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *